Se frotter à la roche – résidence au Népal

26 dessins au fusain et feutre noir.
26 objets balisés.

Les pieds sur pierre, pendant 1 mois, sur l’étendue rocailleuse du Mustang, au Népal.
C’est comme un jeu d’errance, une petite quête qui passe par des sinuosités, des tours et des détours.

Marcher, grimper, contempler, s’adosser aux rochers, ouvrir son sac et récupérer des objets.
Polies, anguleuses, de guingois, certaines pierres se reposent dans les fissures.
Il y a des cornes aussi, des os, des branches et des bouts de bois avalés par la montagne.
Une fois regroupés et maquillés de vert fluo, ces objets balisés appartiennent à la même famille.

Les couches de roche s’accumulent, s’empilent et s’équilibrent.
Le charbon remonte à la surface, ses contours s’effritent sur la feuille.
Il laisse des traces qui s’animent.

Feet on stone, for one month, in the rocky expanse of Mustang, Nepal. It’s like a game of vagrancy, a small quest that goes through sinuosities, twists and deviation.

Walk, climb, contemplate, lean against rocks, open bag and retrieve objects. Polished, angular, askew, some stones sit in cracks. There are also horns, bones, branches and sticks swallowed by the mountain. Once grouped and made up with neon green, these marked objects belong to the same family.

Rock layers accumulate, pile and balance.
Coal rises to the surface, its contours are crumbling.
It leaves traces that come alive.

Thanks to Marpha Foundation